gruyeresuisse

16/11/2016

Jean-Michel Esperet : le porc et l’épique

 

Esperet 2.jpegJean-Miche Esperet, « L’Etre et le Néon », Editions Ecarlate, 2016.

C’est sous un à-peu-près sartrien que le Genevois propose le titre de la « rencontre » entre Sartre et Vince Taylor. Celui qui allait mourir sur les bords du Léman n’a jamais eu l’oreille de l’auteur de « L’Idiot de la famille ». Comme Mitterrand, Sartre n’a d’ailleurs rien compris au rock’n’roll. Ce qui est rassurant pour une telle musique. Bref l’auteur ne connut de Vince Taylor qu’une image d’archive : le chanteur en cuir noir constatant les dégâts lors de sa venue au Palais des Sports en 1961. La jeunesse qui n’avait plus rien à faire du marxiste-léniniste germanopratin trouvait chez le jeune artiste américain accompagné de ses "Play-Boys" plus de grains à moudre.

Esperet.jpgPour souligner ce fossé et après avoir publié « Le dernier come-back de Vince Taylor » (à chacun ses fixettes), Esperet crée un dialogue fictif composé d’extraits de « L’être et le Néant » et de citations apocryphes ou non du chanteur de « Twenty Flight Rock ». Paradoxalement  - ou non - le philosophe ne fait pas le poids. Certes on sait combien le jeu de la citation est cruel mais la « rencontre » par le 3ème type lémanique est roborative à souhait. Sartre apporte sa poussière verbeuse Vince Taylor la repousse. Il fait la nique au philosophe qui se croyant instrumentiste ne sait jouer que du pipeau et reste l’inverse du natif de Seattle. Sartre, aussi musclé qu’une huître est ennuyeux ivre, il l'est tout autant sobre. Mais à l’inverse de Taylor il eut du succès avec tout ce qu’il entreprit. Simone de Beauvoir y compris.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.