gruyeresuisse

06/11/2016

Véronique Massenet : L’un et le multiple, l’éros et la matière

 

masssenet bon.jpg« Essayez de considérer les éléments qui composent les sculptures comme des êtres vivants » conseille Véronique Massenet. Et l’artiste de préciser : « Ils ont perdu toute apparence humaine mais ils en ont gardé gestes et comportements; ils sont toujours motivés et liés par le désir commun d'une nouvelle harmonie ». La sculptrice crée la grande métaphore de l’intime et de l’éros. massenet4.jpgJaillit le jeu de balance complexe entre l’évidence et la transgression implicite, le féminin et le masculin. L’expérience intérieure est projetée à l’intérieur de la matière (le bois) travaillée par une énergie pudique mais jamais avare de ses dons.

 

 

massenet.pngVéronique Massenet crée la reconquête des corps et de leur union qui n’est pas forcément une fusion idéalisée. Le nu se donne à voir par le travail de la matière en sortant d’une exhibition sommaire, naturaliste. La métaphore poétique crée bien plus qu’un symbole : elle matérialise l’ineffable. Celui du tumulte, du désir d’être et d’aimer là où le Je et l’Autre restent à la fois multiple et un. Les jeux de voutes et d’embrassements circonscrivent des forces intérieures qui interrogent le regard. L’artiste cerne ce qui dans le visible fait trou et ce qui dans les rapports humains reste insaisissable.

massenet 3.pngLa sculpture devient autant figure que signe dans une abstraction particulière : elle n’est pas là pour caviarder le réel mais pour montrer ce qui s’y engage. L’indicible en émerge. La permanence de l’observateur devant l’œuvre devient un voyage dans le palimpseste de la sculpture et vers l’intérieur des sentiments et des affects. La matière traque l'impossible, formalise les figures de l’amour, s’offre aux désirs comme le sang réanime un corps inanimé. Elle demeure équivalente au mutisme, car elle propose par l’incarnation dans la matière ce qui, dans l’amour, ne se voit que les yeux fermés, l’autre côté des paupières.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Voir le site de l'artiste)

 

Commentaires

ces formes multiples et imbriquées évoquent des amours et des caresses gasteropodiques infiniment fluides et totalement libres dans leurs expressions; l amour libéré de l expression humaine trop limitée pour communiquer l extase et la sensualité.

Écrit par : DI PLACIDO | 07/11/2016

Les commentaires sont fermés.