gruyeresuisse

22/10/2016

Tatiana Shvetsova-Yaperova : quand les fantômes sortent des murs

 

Shvetsova3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Existe dans les photographies de TatianaShvetsova-Yaperova la splendeur de l’intime à travers de longs soirs. La femme s’y cherche au long de corridors sombres, s’y retrouve dans des clartés indécises de candélabres. Les nus ne sont jamais saisis en pleine lumière. Ils ressentent comme une peur ou l’euphorie de la découverte, Restent le trouble délicieux des vagues à l’âme et des incertitudes et peut être le regret d’être seule : « A quoi bon, sans toi au bout des mains ? » semblent dire celle qui traîne peut-être un souvenir en elle, comme un cadavre. Elles espèrent qu’un fantôme sorte des murs.

Shvetsova.jpgL’amour peut donc s’user. Mais pas forcément le désir. Tels des bourgeons les corps s’épanouissent mais dans la peur que les roses jamais ne s’effeuillent. Tatiana Shvetsova-Yaperova explore en conséquence les possibilités d’angoisse de séduction des rapports humains mais loin d’un couplage quelque peu gluant, voire étouffant. Et tout compte fait il existe des femmes non faites pour ça, elles restent dans la solitude intégrale. Mais leur corps sait encore pratiquer le coup du charme. Il crée pratique des piqûres de rappel. Mais pour quel résultat ?

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.