gruyeresuisse

16/10/2016

Todd Hido : Eclipses

 


HIdo.pngLa monographie de Todd Hido représente la première approche chronologique de l’œuvre. Quant à l’exposition (Casemore Kirkeby, Sans Francisco), sous le même titre, elle se concentre sur les photographies les plus récentes de l’artiste. Ces dernières œuvres se rapprochent d’un langage cinématographique. Hido 2.pngLes couleurs délavées ou les ocres monochromes donnent une atmosphère de clair-obscur. Alternent nus et paysages énigmatiques, lynchéens. Le réel et le songe s’y mêlent. Les femmes semblent les victimes d’un drame dont le spectateur ignorera tout. Reste l’indicible distance qui fait le jeu du proche et du lointain, du dehors et du dedans.

Hido 4.pngL’artiste y glorifie la nudité de manière orphique et néanmoins quelque peu morbide. Parfois les perspectives grisâtres des plans et leur initiation au spleen forcent la femme à plus ou moins se cacher ou se réduire sous forme de spectre. En « off » il se peut que rôde un bourreau. A moins que le modèle devenue héautontimorouménos (bourreau d’elle-même) confisque la place du regardeur et mette en abyme le voyeurisme. L’ « héroïne » quoique perdue se venge des miroirs. Elle ne cherche plus à monter sur la roue Hido bon.pngpour un autre supplice. Hido 3.gifSon corps vibre même s’il semble parfois la matière d’une immense insomnie. Chaque œuvre est à ce titre un cérémonial délétère, fascinant. Eros prend de voluptueuses poses pour tenter de tenir face à ce qui veut l’écraser là où l’autre reste l’abominable gouffre dont il faut se garder.

Jean-Paul Gavard-Perret

Todd Hido, « Intimate Distance », Aperture Editions, 2016.

Les commentaires sont fermés.