gruyeresuisse

13/10/2016

Le bal des officiantes - Louise Hervé et Chloé Maillet

 

Hervé Maillet 2.jpgLouise Hervé & Chloé Maillet, « Attraction étrange », JRP|Ringier, Zurich, Le Printemps de Septembre, Toulouse

 

 

 

 

 

 

 

Hervé Maillet.jpgLouise Hervé et Chloé Maillet se sont réunis sous l’égide de leur I.I.I.I (« International Institute for Important Items »). Elles ne cessent de construire des œuvres complexes, drôles et profondes, savantes et dégingandées à travers leurs performances et divers médiums. Leur travail se charpente sur des savoirs : anthropologie, histoire de l’art, cinéma, S.F., roman gothique, archéologie, etc.. Mais leur érudition est toujours détournée d’une manière ou d’un autre. Par exemple lors de leurs conférences performées, les deux femmes savantes aux tailleurs austères semblent des spéculatrices (intellectuelles) de haut vol. Ce qui n’est pas faux et entraînent une sidération que la coruscante Fabienne Radi décrit ainsi à propos de leur show de Toulouse : « accompagnant leur discours d’une série de gestes à la fois démonstratifs, élégants et assez ridicules - un peu comme l’assistante d’un magicien quand elle exhibe ses accessoires -, on a deviné qu’elles se lançaient dans un numéro télescopant Andrea Fraser et Valérie Lemercier ».

Hervé Maillet 3.jpgAux figures cognitives de haut patinage (double axel, loopings, etc.) de la première répondent les billevesées burlesques des interventions de la seconde. Le tout à l’ombre d’un chœur de chanteurs « à l’enthousiasme délicatement niais, dodelinant de la tête et écarquillant les yeux comme des ménestrels de télévision » (Radi) et pour un voyage culturel dans le musée sous l’aura des deux guides de haut montage. Sortant du pur spectacle, les drôlesses multiplient leurs « pulp » fictions - dont un roman-feuilleton inspiré de la littérature du XIXe siècle publié en 2012 dans un journal régional. Elles développent les prismes littéraires et plastiques par des procédés narratifs à plusieurs niveaux. L’œuvre échappe au morcellement sinistre des instants où le présent n’est qu’un point insignifiant entre le poids d’un passé nécrosé et la vanité d’un avenir douteux. Chaque moment de ce travail crée un monde poétique où les reprises portent secours au futur. Louise Hervé et Chloé Maillet transforment la vision en destin : s’y traversent des frontières. Il s’agit de vivre d’amour et d’eau fraîche, d’air et de lumière entre le dehors et le dedans de l’art qui chez elles ne font plus qu’un.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.