gruyeresuisse

10/10/2016

Jef Gianadda : rouilles et houles


Gianada.jpgJef Gianadda, Peintures et sculptures, La menuiserie, Lutry, du 30 septembre au 16 octobre 2016.

 

C’est vieux comme le monde la peste est en l’homme comme la rouille sur le fer. Néanmoins l’Assomption demeure. Et pour le symboliser Jef Gianadda transforme les formes en abstraction. Restent les cheminements des matières qui se tordent sur leurs rebords pleins de brume : on voudrait y deviner une imminence de ciel. On voudrait un bleu intime, un désert, une vibration dans une pureté presque noire. Mais en lieu et place la rouille symbolise la fragilité de l’existence quelle que soit sa nature.

Gianada2 .jpgNéanmoins de ce qui pourrait sembler une négativité, surgit un dépassement quasi mystique qui loin d’être l’incarnation accomplie est le scandale absolu par l’émergence de la « voix » des matières. Se vidant d’elles-mêmes elles atteignent un dénuement et une immédiateté. De telles images sont à la fois nos complices et notre refoulé. Y flamboient les sensations d’un seuil de remontrance. Elles abattent, rebondissent, reviennent pour aller jusqu'au bout de ce qui ne se pense pas encore dans leurs vibratos les plus secrets.

Jean-Paul Gavard-Perret

11:14 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.