gruyeresuisse

29/09/2016

Carlo Mollino et les énigmatiques

 

AAAAMollino.jpgL’architecte et designer turinois Carlo Mollino consacra sa vie à son travail et à ses autres passions : les voitures de course, les compétitions de ski, les avions mais aussi la photographie. Peu reconnus à leur époque de création ses clichés sont devenus des must. Mollino a surtout fait des portraits de femmes. Ils semblent surgis d’un film noir des années 50. Les mannequins sont superbes. AAAAMollino2.jpgLes belles captives ont des allures latines aristocratiques et glacées dans des maisons (Casa Miller, Casa Devalle) ou d’intérieurs qu’il a créés. Certains tirages furent publiés en 1950 dans « Il messaggio della camera obscur » où l’artiste précisa sa conception de la photographie. Les photographies rappellent l’esthétique des portraits surréalistes. Le créateur joue habilement des contrastes entre la douceur des étoffes, l’ondoiement des chevelures et la dureté des lignes.

Chaque égérie semble s’abandonner au regard de l’artiste tel un jouet fragile. Carlo Mollino fait bifurquer le plaisir par les mises en scènes qu’il propose. L’imaginaire s’envole mystérieusement au moment où le créateur retient des instants d’éternité. AAAAMollino3.jpgLes corps deviennent la lumière froide de chandelles qui se consument en un écrin précieux. La vie peut partir en fumée et quelques rares sourires au besoin suggèrent implicitement que le désir vit de rien, vit de tout. L'abrasion reste lente et la vision profonde et assourdie au sein d'un rituel photographique fastueux propre à suggérer un émoi particulier. Celui-là en devient la trace, la couleur (par le noir et blanc) et surtout l’effluve diaphane.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les photographies de l’artiste sont visibles actuellement à la galerie Sage (Paris). Certains objets ou installations à Kissthedesign Lausanne et HEAD Genève.

Les commentaires sont fermés.