gruyeresuisse

30/08/2016

Federico Clavarino et le rapt photographique

 

Clavarino 3.jpgFederico Clavarino, « The Castle », espace JB, Carouge, du 2 septembre au 21 octobre 2016

Le mystère et une forme de disparition hantent l'Imaginaire de Federico Clavarino. Le photographe en finit avec un type de représentation. Il demeure fasciné par les images mais uniquement celles qui tentent de traverser les écrans des décors, de réinventer la vue et de rameuter l'inconnu. L’'objectif n'est pas tant de découvrir de nouvelles images qu'à jeter la mémoire au vif des destinées. Existe chez lui une aversion pour ce que la photographie possède de plus faussement réaliste, dans sa prétention à se croire un miroir du monde. Les êtres semblent avoir du mal à supporter d’être vus et il n’est pas jusqu’aux objets de s’enfermer en eux-mêmes.

 

Clavarino.jpgPour Clavarino dans tout portrait, dans toute image photographique surgit le risque insurmontable d'un rapt. Émerge aussi la peur de cette chose qu'on ne peut retenir, qui est plus forte que l'objet et qui lui échappe, comme s'il ne pouvait s'agir que de la seule "chose authentique" dont parle Henry James. A travers le processus de captation photographique, l'être échappe au temps. Mais ce hors du temps reste un temps temporel. Et si la photographie semble ne pas pouvoir se passer du réel, l’artiste le transforme en ellipse pour donner à voir non que ce qui n'existe pas mais ce qui existe mal.

 

Clavarino 2.jpg"Avec la photographie nous entrons dans la mort plate" disait Denis Roche. Avec Clavarino nous glissons plutôt en abîme de monde. Celui-ci "s'encendre" afin d'éviter tout danger d'ouverture vers ce qui est, d'une part, fausse représentation et, d'autre part, ouverture sur quelque chose qu'on ne saurait supporter : de l'ordre de la nostalgie, de l'ordre d'une remontée des sensations par le souvenir que généralement la photographie rappelle et provoque.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.