gruyeresuisse

28/08/2016

Emprises d'Angelika Markul

 

Markul bon.jpgAngelika Markul, « Excavations of the future », Galerie Laurence Bernard, Genève, du 15 septembre au 1er novembre 2016.

 

 

 

Markul.pngAngelika Markul fait jaillir des forces telluriques et les transformations opérées par les êtres. Dessins, vidéos, sculptures forment des paysages étranges entre recueillements et bouleversements. Peuvent se discerner des approches écologistes mais plus encore des méditations sur la nature et ses métamorphoses là où le spectre de la catastrophe (humaine ou naturelle) n’est jamais loin. Tout est affaire de narration là où la mémoire de l’humain se mixte avec celle du monde. « Mon rapport à la mémoire vient de mon obsession pour la mort et de mon histoire. » dit la créatrice pour expliquer la puissance de ses œuvres où semblent se discerner jusqu’aux premiers temps de l’humanité.

Markul 2.pngL’artiste se rend dans les lieux du monde où la catastrophe a sévi (Fukushima, Tchernobyl, Bagdad, etc.) afin de chercher un sens aux actions humaines. Les dessins offrent un cérémonial inquiétant mais aussi de réflexion. Les dessins cultivent une forme de complexité pour suggérer l’état du monde dont les assises sont remises en cause et s’ouvrent à diverses interprétations. Laissant une liberté au regard du public, l’artiste développe un univers unique. S’y croisent dans une atmosphère onirique diverses influences. L’artiste y explore un monde étrange où individus, objets, formes non identifiables évoluent dans des scènes abyssales. L’univers est tourmenté mais plein de poésie profondément dérangeante. Les dessins livrent des scènes inquiétantes où se mêlent douceur et violence. Cela témoigne de la part de l’artiste d’une absence d’inhibition, de peur, de préjugés et demande à ceux qui regardent le même abandon.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.