gruyeresuisse

27/08/2016

Teddy Bear, clés et toupies d’Annina Roescheisen



Annina.pngAnnina Roescheisen a étudié l’histoire de l’art et la philosophie politique avant de travailler chez Sotheby’s comme spécialiste de l’art médiéval. Puis elle est partie à Paris. Elle devient d’abord agent d’artistes, ne cesse d’écrire sur l’art puis se met progressivement à créer en intégrant différents champ en devenant ce qu’elle nomme une « artiste multimédia». Son engagement - même s’il n’est pas directement perceptible – impose un point de vue sur le monde, sur la femme en intégrant différents univers (mode, photo, vidéo, sculpture, performance) et en travaillant sur des mots plus que jamais « clés »/ Fidèle aux enseignements plastiques du Moyen-âge (Bosch entre autre) l’artiste invente un langage où la sophistication est au service de la simplicité – ce qui reste toujours le plus difficile.

Annina 3.pngL’artiste est souvent sujet et objet de ses œuvres. Elle se situe des deux côtés de ses focales en utilisant aussi des objets fétiches dont la clé ou la toupie. Utilisée pour son caractère minimaliste, ludique et incertain elle symbolise pour Annina Roescheisen le sens autant de la vie que d’un destin qu’une main extérieure pourrait remettre en route. Fidèle en ce sens aux artistes médiévaux l’artiste n’est pas indifférente aux explorateurs contemporains. De Matthew Barney et Marina Abramovic à l’artiste japonais Nara et ses poupées « fêlées » ou encore Isa Barbier et son univers minimaliste. Mais la créatrice n’est pas insensible aux arts flashy et colorés et transgressifs.

Annina2.pngElle les pratique entre autre avec sa série de « Pietà » où le Christ est remplacé par un ours en peluche et Marie par l’artiste elle-même. Preuve que l’enfant en elle reste toujours vivant et que la Vierge n’est pas forcément une sainte…L’artiste affectionne l’humour et le décalage. Ces ingrédients lui permettent de regarder comme il faut : elle n’a pas tord. Poursuivant de nouvelles pistes elle cultive d’autres folies qui ne sont jamais propices aux arrêts et aux embaumements. L’art reste pour elle une fleur carnivore aux végétations variables.

Jean-Paul Gavard-Perret

  “A Love Story”, (IFFPIE), Jakarta (Indonésie),19 -30 septembre 201, “The Exit Fairytale of Suicide”, “Freunde fürs Leben”n Soho House, Berlin (Germany)n 28 septembre 2016 puis NYU University NYC at School au Social and Cultural Analysis, octobre 2016.

 

Les commentaires sont fermés.