gruyeresuisse

26/08/2016

Du visage au portrait : Gus Van Sant

 

Gus 3.jpgAvant de devenir le grand cinéaste mondialement connu Gus Van Sant était photographe. Il a publié une sériede108 portraits de face à la lumière minimale afin de créer un forme de clair-obscur. L’artiste a pris ses photos lors de ses castings pour « Drugstore Cowboy” et “My Own Private Idaho ». S’y retrouve tout l’hédonisme d’une jeunesse de l’époque pris par surprise. Ces portraits donnent à voir une vérité qui n'est pas d'apparence mais d'incorporation. Le visage est plus dans qu'à l'image. L'artiste a compris comment depuis l'Antiquité grecque où visage et masques étaient indissociables, le premier est devenu le centre de toutes les ambiguïtés selon une logique anthropomorphique de l'art occidental sur lequel l'artiste a opéré afin de provoquer une ouverture.

Gus 2.jpgIntéressé par la "visagéité" plus que par la photogénie, l'artiste tente de supprimer la fausse évidence des présences. La vérité du visage est un leurre que Gus Van Sant gomme. Se mettant en quête d'identité il s'arrache à la fixité du visage pour plonger vers l'opacité révélée de son règne énigmatique par effet de surface en de longues vibrations de lumière pâle. Elle est capable de suggérer la trace et l’a-jour d’une existence prisonnière par l’éclat diffracté de la lumière sur la peau. Gus.jpgA ce titre, avec ses photographies d’instantanés, Gus Van Sant n'a pas cherché à satisfaire le regard et la curiosité par des images accomplies mais par le gonflement progressif de leur vibration où jaillit moins l'hypnose que la gestation. Le balbutiement d’une ombre à la recherche de son corps tente la reprise d'un "qui je suis". Il se superpose au "si je suis" quand le cinéaste retient certains modèles pour ses castings.

Jean-Paul Gavard-Perret

GusVan Sant, “108 Portraits”, Twin Palms Publisher

14:53 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.