gruyeresuisse

31/07/2016

Bruno Walpoth et la condition humaine


AAAAWALPOTH.jpegBruno Walpoth crée des sculptures d’humains en bois. Leur réalisme est surprenant. On en oublie parfois la matière lorsque le sculpteur utilise la peinture semi-translucide pour faire porter l'attention à un hyperréalisme particulier. Peu à peu l’artiste brouille les cartes du genre et de son hérésie fidèle au désir de ne rien négliger ce qui peut contribuer à le discréditer.

 

 

 

 

 

AAAAWalpoth3.jpegLa sculpture sur bois s’éloigne de la dimension artisanale. Les êtres semblent seuls au monde. Chacun semble perdu n’en comprenant ni la moitié, ni le quart. La statuaire devient déconcertante par sa force non à retracer le corps mais à faire ressentir la profondeur de l’être avant que, de bois, il retourne en cendres.

 

 

 

 

 

 

 

AAAAWALPOTH1.jpgIl semble une nature morte dont surgit un abîme là où néanmoins un érotisme demeure présent même s’il égare toute signification possible, et ne rassemble plus les êtres. Réduits au silence ils sont proches de ce qu’émettait Beckett dans « Esquisses radiophoniques» «: D'accord, la respiration, je ne sais pas..." Ne serait-ce pas là une ultime hypothèse ou  un ultime traquenard tendu par Walpoth afin de laisser croire à un semblant d'existence mais qui ramène l’être à la simple condition d’être « ça » ?


Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

14:05 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.