gruyeresuisse

14/07/2016

Karl Ballmer ou la solitude des êtres


Ballmer 2.pngKarl Ballmer, « Tête et cœur », Aargauer Kunsthaus, 28 aout au 13 novembre 2016.

 

 

 

 

 

Ballmer.pngL’Aargauer Kunsthaus permet de redécouvrir le peintre et philosophe d’Argovie Karl Ballmer (1891 - 1958). Le lieu possède d’ailleurs la plus grande collection de ses travaux. Loin des grands mouvements de la peinture officielle l'artiste travailla toujours selon ses propres canons. Son œuvre s'éloigne des arts décoratifs comme de la pure abstraction. Pour autant sa figuration échappe au "prédictibles" même si certains échos peuvent rappeler des épigones surréalistes. Pour lui "l'art est la voie vers l'inconnu" et il le pratiqua sans jamais renoncer afin de faire surgir étrangement le moment formel où le corps se perd au moment même où il prend chair.

Ballmer 3.pngA ce titre les corps de Ballmer ne se prêtent pas au narcissisme du voyeur. Ils font signe à travers une douceur qui n'appelle pas forcément le désir. Demeure toujours une certaine froideur ambiguë là où jouent masse et épure. La force réside en cet "entre". Le regardeur est rendu à ses vertiges équivoques imprégnés de perte nébuleuse.  L'altérité n'est qu’une bordure faite d'épures plus ou moins soustraites à la présentation. La peinture n'est que la fiction de sa fiction et une fois de plus le corps n’est qu’une idée, rien de plus. Se crée un retour à la solitude déposée de toujours dans le corps, le corps guetté, entrevu mais qui , une fois de plus , se dérobe.

Jean-Paul Gavard-Perret

09:56 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Magnifiques tableaux.

Écrit par : Rémi Mogenet | 18/07/2016

Les commentaires sont fermés.