gruyeresuisse

11/06/2016

Franz Erhard Walther : les sensations avortées


Walther bon 2.jpgFranz Erhard Walther, Manifesta11, Zurich, Skopia, 11 juin – 18 septembre 2016.


Franz Erhard Walther prouve comment il faut aller chercher chaque fois un peu plus loin l’image. A savoir selon des paradigmes complexes et ludiques. Le masque et un ensemble de parties non montées en sont parties prenantes. Le plasticien se plait à considérer l’art comme une expérience métaphysique avortée. Le créateur se doit d’être blasé afin de prouver que l'être et le non être sont les deux faces d’un même Janus.


Walther bon.jpgIl prouve aussi que l'ignorance est le fondement de tout : elle permet de rendre réel ce qui ne l'est pas. Le savoir est une gigantesque méprise qui sert de socle à tous mensonges : l’art doit en guérir. Seul il évite à la réflexion de ne pas se limiter à une flexion et à l’artiste de ne pas finir par ressembler à ceux qu'il méprise.

Jean-Paul Gavard-Perret

11:55 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.