gruyeresuisse

31/05/2016

Barbara Iweins : que d’eau


Iweins BON.jpgLa série « Bath » contrecarre l’idée proustienne que « la réalité ne se forme que dans la mémoire ». Elle surgit en effet autant dans des instants de répit. Le bain décante le réel, met à nu non seulement le corps, le vu, l’incarné mais les fibres de la sensibilité soumises à l’épreuve de l’image et ce qu’elle engage dans une histoire qui soudain prend un caractère autant anecdotique que métaphorique. Le tout dans l’osmose particulière de l’eau et du corps.

Iweins2.pngL’artiste dilue les habituels monstration du corps. Celui-ci suscite la sérénité là où la photographe ménage des errements, des intransigeances ou des omissions par des décalages ironiques. L’œuvre met à nu sans déflorer : le désirable est juste effleuré.

 

 

 

Iwens bon 3.jpgLa femme devient sirène. Elle s’amuse de ses voyeurs. Son corps surgit de lui-même comme une image au-delà de l'image, une image cherchant le sens de la Présence. Mais plus besoin d’un Dieu. La venue de la photographe suffit. Elle garde le pouvoir mystérieux de transformer le nu en une vision naturaliste et décalée pour un exercice de béatitude. Et si le corps photographié reste désirable aucune offensive n’est possible face à lui. C’est d’ailleurs ce dont Barthes rêvait pour la photographie érotique. Selon lui le désir a nécessairement un objet mais il convient à un artiste de ne pas en faire un objet.


Jean-Paul Gavard-Perret


Barbara Iweins, « Bath », Atelier Relief, Bruxelles, 12 mai – 10 juin.

10:33 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.