gruyeresuisse

29/05/2016

Jérôme Hentsch : art plastique et musique

 

 

Hentsch2.jpgL’œuvre du Genevois Jérôme Hentsch est aussi conceptuelle que sensible. L’œuvre d’Herman Melville y devient le prétexte littéraire à un déploiement artistique. En 2016 avec "l’Instrument" l’artiste a fait créer une petite table d’écriture blanche dans laquelle il a introduit une caisse de résonance dont la table d’harmonie se confond avec l’écritoire. L’artiste a utilisé cette table pour recopier de sa main tout le « Bartleby » de Melville sur une seule ligne, revenant sans cesse sur sa propre écriture. La «musique» produite par le stylo courant sur la table d’harmonie a été enregistrée. Avec la Chaise (2016), il a conçu un siège dessiné par une fine structure métallique. La sculpture-chaise «écrit» dans l’espace, révélant un alphabet mystérieux (Sans titre, 2016). Occurrences présentent les pages détachées et noircies à l’encre de Chine de deux exemplaires de Bartleby, l’un en français, l’autre en anglais, dont l’artiste a caviardé le texte de petits trous faits à l’emporte pièces.

Hentsch.jpgExistent une ouverture vers l’espace et une liberté artistique. Les implications créent une traversée des médiums. Mais la peinture reste néanmoins centrale. Sa bi-dimensionnalité donne un sens à l'image dont le « sujet » est la peinture elle-même. L’artiste ne cherche pas à ce que les spectateurs aient à déchiffrer des symboles esthétiques, mais sans proposer pour autant une image affaiblie. Dans ses œuvres, il n'y a pas d'histoire, de symbolisme : juste des formes et des couleurs simples là où la géométrie rapproche de la plasticité du temps musical se pliant volontiers à ses diminuendo ou ses progressions. Hentsch 3.jpgTout cela prouve combien l'art optique de Hentsch se déroule à la fois dans le plan, dans l'espace mais également dans la dimension habitée par la musique : le temps. Mais elle prouve aussi, et contrairement à ce que pensait Schopenhauer, que la musique n'est pas "le plus abstrait des arts"

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Oeuvres visibles à l'Espace André Missirlian, Romainmôtier.

 

Commentaires

L'intersection (" I") art plastique et musique avalise l'inconscient du Maître Hentsch qui offre aux deux expressions des coordonnées identiques en sus de l'intégrale du temps .
Les couleurs ,les sons et les formes fusionnent au point " I ".
Inattendue, enivrante et joyeuse créativité décelée par JPGP .

Écrit par : villeneuve | 29/05/2016

Les commentaires sont fermés.