gruyeresuisse

22/05/2016

Sophie Bouvier Ausländer : trans-war

 

Auslander.jpgSophie Bouvier Ausländer, EAU TIEDE, The Great Pacific War, Galerie Heinzer-Reszler, Lausanne, 12 mai au 11 juin 2016

La Lausannoise Sophie Bouvier Ausländer s’impose peu à peu sur la scène internationale. Elle pousse le regard vers des territoires inconnus et des périodes plus ou moins douteuses au moyen de monstrations mystérieuses. L’encre et l’eau dégoulinent ; les matériaux en subissent les conséquences. Le visiteur plonge dans un labyrinthe optique. Mais l’humour n’est pas absent dans cette manière d’envisager ou de dévisager l’art et le monde. N’ayant pas besoin de visas plastiques pour s’emparer des images tout sert de motif, de cause, d’objet à l’artiste.

Auslander 2.jpg« The Great Pacific War » peut se lire de manière transhistorique et dépasser le cadre de la Seconde-Guerre mondiale pour une approche postmoderne. Les contrées telles que l’artiste les programme créent des visions lumineuses, simples mais tout autant complexes et énigmatiques. Surgissent l’aître de limbes aussi familière qu’improbables, les intermittences du mystère où tout chuinte - mais avec douceur - d'inassouvi.

Auslander 3.jpgL’oubli semble glisser au sein des intermittences d'un voyage dans le dédale des époques. C’est à peine si ça et là jaillit l’infime modulation d’une nostalgie. L’œuvre sous prétexte de sourde souvenance résonne du futur d’un monde qui part subrepticement à la dérive. Quelque part saigne un sang d'équinoxe mais c’est à peine si l’artiste en titille l’infusion ou la rumeur.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

Les commentaires sont fermés.