gruyeresuisse

05/05/2016

Mises en boîtes et autres plis : Polly Penrose

 

Penrose.jpgPolly Penrose plie le corps pour les emboîter dans divers lieux en ce qui tient – pour ses modèles - de la performance. Partant de la formule de Beuys "nous sommes des œuvres inachevées » l’artiste aménage les corps nus pour habiller l’espace. Il devient poétique selon des poses incongrues qui le structurent de « surface de réparation ». Polly Penrose exclut néanmoins la manipulation, la séduction et la provocation, bref de tout ce qui engendre du factice, du factuel, de l'évènementiel sous lesquels l’art croule dans bons nombres d’aventures qui ne sont que du tourisme.


Penrose 2.jpgSes décalages et surprises emportent loin du conformisme par un "contingencement" (Didi-Huberman). Il éloigne du pragmatisme comme d'un pur état d'âme au profit d’un parfais expressionnisme drôle et paradoxalement quasi abstrait. Sortant le corps de sa clôture et de ses rôles l’art fait lever un monde dans la grotte mentale par l’émotion travaillée, sertie, développée. Celle-ci possède la puissance de recourber le néant en créant des seuils franchissables vers ce que l’on peut appeler une forme d’espoir en des abîmes farcesques creusés au fil du quotidien.


Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.