gruyeresuisse

16/04/2016

Dans l’étau : Philip Mechanicus

 
Philip Mechanicus, « Cadavres en sursis », traduit du néerlandais par Mechanicus.pngDaniel Cunin, Editions Notes de Nuit, Paris, 455 p., 21 E.


Les treize cahiers de Philip Mechanicus touchent les bords de l’horreur de la manière la plus chirurgicale. Fils d’une famille juive prolétaire d’Amsterdam l'auteur mena une brillante carrière de journaliste avant d’être déporté via le camp de transit de Westerbork à Bergen-Bedsen puis fusillé à Auschwitz. Le camp hollandais reste méconnu. A l’origine il était sensé héberger des réfugiés juifs allemands. Mais après l’invasion de la Hollande par les Nazis, ce camp passa sous leur administration. Il devint le corridor labyrinthique permettant de « transvaser » (écrit Mechanicus) les juifs hollandais de leur pays vers les camps de Pologne. Une organisation particulière vit le jour à Westerbok. Ceux qui l’avaient fondé pour « sauver » les juifs allemands servirent de « tampons » face aux SS. Certains juifs furent utilisés de manière diabolique et devinrent le bras armé de l’extermination de leurs frères victimes innocentes. Westerbork fut d’ailleurs considéré à ce titre par le commandant SS du camp comme le « musterlager » (camp modèle).

Mechanicus bon.jpgLe journal est impitoyable. Il reste non seulement un témoignage mais une oeuvre littéraire majeure tant son écriture est exceptionnelle en ses fulgurations. Elles permettent d’atteindre des espaces ignorés voire cachés. Tout est clos et pourtant tout éclate et devient insoluble à l’oubli tant est suggéré la tragédie de l’être coincé dans l’Histoire du Chaos et en ses plis cachés. Mechanicus prouve que la solidarité et la fraternité sont de peu de poids face à la panique. Nous sommes bien loin du ghetto du Dictateur de Chaplin : c’est celui d’Hitler dont il s’agit. Avec, dans le livre, tout ce qui s’imagine si mal ou si peu.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Les commentaires sont fermés.