gruyeresuisse

08/04/2016

Celle qui n’a pas osé écrire à Dieu : entretien avec l’artiste lausannoise d'adoption Roxana Casareski

 

Casareski.jpgRoxana Casareski, Aperti Lausanne, 16-17 avril 2016.

Roxana Casareski demeure une irrégulière de la peinture : elle préfère sa liberté aux lois de l’esthétique et du marché. Sans cesse l'œuvre se libère de ses propres rets et limites. L’artiste renonce à son savoir faire afin d'évoluer ; la sauvagerie et les errements du trait demeure tant pour évoquer un anéantissement qu’une reprise vers une harmonie poétique. A ce titre elle dépasse largement les toussotements surréalistes qui trop souvent n'ont donné que des leurres d'espérance en ne dupliquant que du même sous de faux algorithmes picturaux.

 

Casareski 3.jpgQu’est-ce qui vous fait lever le matin ? Savoir que les couleurs et les pinceaux m'attendent.
Que sont devenus vos rêves d’enfant ? J'essaie de les réaliser.
A quoi avez-vous renoncé ? A rien... ou je suis trop optimiste.
D’où venez-vous ? D'un quartier de la banlieue de Buenos Aires.
Qu'avez-vous reçu en dot ? L'amour.
Un petit plaisir - quotidien ou non ? M'asseoir par terre dans mon atelier devant une toile.
Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Chaque artiste est différente... heureusement.
Quelle est la première image qui vous interpella ? Etant enfant, les murs craquelés par l'humidité de ma chambre créant des dessins.
Et votre première lecture ? Zarathoustra de Nietzche.
Comment définiriez-vous votre approche de la peinture ? Charnelle.
Quelles musiques écoutez-vous ? Rock, Jazz, pop, blues.
Quel est le livre que vous aimez relire ? « Les lettres de Théo à son frère ».
Quel film vous fait pleurer ? « Les Ponts de Madison ».
Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Une femme.
A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? A Dieu.
Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Certain bars.
Quels sont les artistes et écrivains dont vous vous sentez le plus proche ? Difficile à dire, mais je me sens proche de l'art asiatique de plus en plus. Sinon c'est l'utilisation de la couleur que me fascine de certains artistes. Baudelaire pour les écrivains entre autres.
Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Des caresses, de l'amour ...
Que défendez-vous ? Le droit à être libre.
Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? Elle est forte et dure en même temps.
Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Woody... un poète urbain.
Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Aucune.


Interview et présentation : Jean-Paul Gavard-Perret, le 8 avril 2016.

Les commentaires sont fermés.