gruyeresuisse

01/04/2016

Même caché le visage s'illumine – Anne Voeffray


Veoffray 2.jpgAnne Voeffray, « Aperti X », Lausanne, avril 2016


L’autoportrait chez Anne Voeffray est toujours développé sous l’effet de l’écharpe, du voile, d’une « salissure » picturale programmée. Le geste parfait n’est plus seulement celui de la pose, de la prise mais de sa mise en forme définitive. La présence sensuelle joue de l'hallucination, du trouble de la traçabilité dans des tons de suie, de l’halètement du blanc et parfois en des jeux de couleurs.


Veoffray 3.jpgL'autoportrait offre autant la séparation que le rapprochement. Si bien que la déperdition perceptive instruit un jeu complexe entre le vide et l'évidence. L'a-jour réservé au voile se charge d'émotion ou d'interrogation par un effet de suspension qui distille néanmoins un rayonnement. Les paupières du regardeur s’ouvrent au "blêmissement" dans les limbes d'un corps qui (peut-être) se cherche lui-même.


Veoffray.jpgExistent autant une métaphorisation qu’une littéralité. L’intimité est interrogée au plus profond. Cache-t-elle « l’origine du monde » ? Non. L’artiste suggère plutôt la quête d'une identité à jamais perdue puisque cachée. Et en une époque où un érotisme sophistiqué (faussement) tient le haut du pavé, l'artiste rappelle que la féminité peut caresser (si l’on peut dire) d'autres ambitions là où se soudent l’invisible au visible, l’évidence au secret.


Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.