gruyeresuisse

29/03/2016

L’offrande faite au regard – Jacqueline Devreux

 

Devreux 2.pngJacqueline Devreux, « J’aurai ta peau », Galerie Pierre Hallet, Bruxelles, avril 2016.

Une nouvelle fois Jacqueline Devreux entraîne par ses photographies et peintures la pensée dans l'inconnu(e) entre le vide et l'évidence. L’immobilité saisie est la résultante de tous les dépôts de vagues successives. Elles créent une suspension, un point d'équilibre au fil du temps qu’il aura fallu pour accomplir la saisie de celle qui - traversant l’image - distille en nous son rayonnement.

Devreux.pngL'œuvre est donc l'aboutissement d'un lent travail d'approches et de révisions. Celui d'un œil et d'une main en mue perpétuelle et obsessionnelle. Il s'agit de dégager des constantes, de laisser des traces visibles et invisibles. Le corps s'ouvre et se referme. D'autres paupières se soulèvent dans la mémoire. La femme s'expose comme énigme. Elle se montre, se cache. S’offre ou se pense. Une pulsation reste ce qui sourd du plus profond mangé d'ombres. Jacqueline Devreux les éclaire ou les brouille pour la sensation, l'émotion, le désir.

Jean-Paul Gavard-Perret

16:22 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci .

Écrit par : devreux | 30/03/2016

Les commentaires sont fermés.