gruyeresuisse

18/03/2016

Aurélie Gravas : la peinture en tant que sujet

Gravas.pngAurélie Gravas, « Guitar Solo », Galerie Heinzer Reszler, Lausanne, du 18 mars au 27 avril 2016

 

 

L’  « objet » de la peinture d'Aurelie Gravas n’est pas de provoquer l’apparition de formes en tant qu’objet-miroir mais de souligner l'importance et la force de sa matière en tant que sujet. Ce qui retient dans la toile reste son rebord dans l’espace, la rature dans le vide du support. La création devient le jeu panique d’infinies ratures, coulures, pans où le désir ruse avec ce qui est présenté en cet à-plat. surgit paradoxalement une invincible profondeur, traçant des formes allusives. Elles suggèrent l’implicite tout en disant que l’implicite n’est rien.

 

Gravas 2.pngCe qui biffe ou remplit l'espace pictural démunit l’excès de toutes « figures », les excède d’un tremblement. Celui-ci fixe une sorte de stupeur enfiévrée, une dispersion jouissive. Si la peinture d'Aurélie Gravas ne figure rien elle présente beaucoup. Gravas 3.pngNi simple substitut d’un objet, ni simple concentration d’une explosion, l’oeuvre s’inscrit en faux contre un vouloir-figurer et une figure aléatoire d’un scénario de rêve. Elle dénonce le formalisme saturé de référents potentiels. Elle dévide sa complexité, exhibe son clivage, modifie les données du figural. Ce qui fait jouissance et beauté n’a sans doute pas d’autre cause.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.