gruyeresuisse

02/03/2016

Arthur Jobin l’Héraldique

 

AAjobin.jpg« Arthur Jobin : 50 ans de création », Musée Jurassien des arts, Moutier, du 13 mars au 22 mai 2016.

 

A une époque où en Suisse Romande - et plus particulièrement à Lausanne - la figuration régnait en maître Arthur Jobin imposa l’abstraction à la galerie L’Entracte en 1951. L’artiste avait découvert ce nouveau langage deux ans plus tôt à Paris en rencontrant Michel Seuphor, Vasarely et Dewasne. Au départ Jobin cherche dans son abstraction divers types d’équilibres fait de plans, cercles, obliques en des couleurs joyeuses. Avec sa femme Claire il se tourne ensuite vers le textile puis oriente son travail vers une peinture héraldiques dans sa longue série majeure : « Emblèmes » (1969-1996). Ce travail lui permet de retrouver la source de l’être, de parcourir chemins, légendes à travers des tensions formelles. Elles transforment les formes en signes symboliques dont le cercle restera la figure majeure.

AAJobin 2.jpgL’abstraction retrouve avec Jobin une théosophie qui animait déjà les œuvres de Mondrian. A la fin de sa vie un nouveau cycle (« Les Cercles éclatés ») crée une ouverture vers l’ailleurs. De l’amande ronde et matricielle surgit le corail des songes ailés afin qu’existent promesse et évidence que l’homme doit reprendre à son compte pour réanimer l’art et le monde. Armé d’un esprit u-chronique, Jobin a créé une sorte de langage pictographique. L’artiste à la fois remonte aux racines de l’art tout en le poussant vers le futur. AAjobin 3.jpgLa pensée matérialiste n’est plus que panier percé. Tout se gonfle de changes. Contre le déclin du temps, les Dieux semblent être venus à la rencontre du peintre. Il en devint le messager. Tel un héros accompagné de ses sphinx il semble avoir créé afin de retrouver une histoire du passé dans laquelle ses oeuvres auraient toujours été présentes telles des archétypes d’un nouveau genre que l’artiste a revitalisés.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

14:35 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.