gruyeresuisse

25/02/2016

Véronique Bourgoin : dimensions de l'inconnue

 

 

Bourgoin.pngVéronique Bourgoin, Autoportrait pour tous, Texte de Charles Kugel, Portfolio n°54 de la collection "Erotica", Chez Higgins, Montreuil, 200 Euros.

 

Véronique Bourgoin se moque des lieux et des repères : elle les saisit pour les soulever. Ce qui est immuable prend l'écorce de l'éphémère: L’inverse est tout aussi vrai. Les nymphes ne viennent pas forcément à la rencontre du regard. Disons le : elles s’en foutent. Elles préfèrent l’appel de la forêt ou des lieux plus ou moins douteux. Mais une poésie s’en dégage.

 

Bourgoin 2.pngFidèle à sa philosophie esthétique la photographe crée divers état de "déroutations», de soulèvements. Surgit la dimension de l'inconnu mais ici bas, ici même. Se déploie la nudité du nocturne dans l’approche d’une forme de néant ou de vide. De lui, sans doute, part le sentiment du divin - et non l’inverse. Mais Dieu en garde la « pécheresse » ! Elle préserve le regard de toute béatitude exaltante. Car il ne convient pas de faire trop vite abstraction du fini. Rien ne sert de le nier : il revient, il fonde ce que nous découvrons.

 

Bourgoin 3.pngEn un tel portfolio le regard est emporté vers une sorte d'obscurité lumineuse. Elle n'a rien de délétère : c'est la poésie, la « vraie » ; celle qui ignore la mélancolie du réel. Toutefois Véronique Bourgoin en connaît la force désirée qui demeure impalpable. Le rien qu'elle retient est donc lié au tissu du monde. Son impossible approche est soulignée par l'effet de nimbe ou d’ouverture énigmatique vers des fonds insoupçonnés. C'est pourquoi de telles photographies ne se prêtent pas à une lecture évidente : elles projettent vers des errements, des oublis, des "omissions" volontaires puisque dans chaque œuvre reste des parts d’ombres.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Les commentaires sont fermés.