gruyeresuisse

31/01/2016

Le Corbusier visionnaire

 

Corbusier.pngLe Corbusier, «Poésie sur Alger», Hatje Cantz, Ostfildern, 2016.

 

 

Ecrit en 1942 « Poésie sur Alger » fut publié pour la première fois par les éditions Falaize en 1950. L’architecte fait retour sur les projets d’urbanisme qu’il proposa au préfet d’Alger et qui furent refusés par le conseil municipal de la ville. Le texte n’est pas une simple présentation théorique. La poésie du texte tient au rapport que Le Corbusier entretien avec ses idées sur l’urbanisme de la cité et le topos géographique et historique du lieu.

 

Corbusier 3.jpgL’auteur évoque le patrimoine culturel de la ville et son potentiel inexploité : «Nous sommes en Afrique. Ce soleil, cet espace d’azur et d’eau, ces verdures ont entouré les restes de Salambô, les actes de Scipion et d’Annibal comme de Kheir-ed-dinn le Barbaresque. La mer, la chaîne d’Atlas et les monts de Kabylie déploient leurs fastes bleus. La terre est rouge. Les végétations sont de palmiers…».

 

Corbusier 3.jpgLa réédition met non seulement en valeur la qualité poétique du texte mais son graphisme en 17 planches enrichies de plusieurs plans réalisés par le pionnier de l’architecture dès son premier voyage en 1931. Elles montrent comment le brutalisme empêcha l’architecture d’être comparée à un miroir réfléchissant. Le Corbusier accorda à celui-ci un sens bien différent : son seul miroir était celui qui permet de traverser les lieux que l’architecte inventa et mit en jeu.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:58 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Disons que si tous les "visionnaires" avait autant embrassés les thèses nazies, le monde serait certainement encore plus taraudé qu'il ne l'est !

Écrit par : De Corto | 31/01/2016

"avaient", pardon !

Écrit par : De Corto | 31/01/2016

Les commentaires sont fermés.