gruyeresuisse

27/01/2016

Marion Kalter : Ultimate Care - (à côté de la frontière)

 

 

 

Kalter.jpgC’est en devenant photographe que Marion Kalter s’est senti femme à part entière. Vivant sa jeunesse au moment du women-lib, la mort de sa mère l’a laissée indépendante. Après un passage dans le Berry elle s’est retrouvée au sein d’une université américaine pour femmes où la poétesse Emily Dickinson était allée pour n’être plus freinée par les hommes. La jeune autrichienne éprouve très vite le besoin de rencontrer des créatrices qui savaient garder leur charme et leur séduction pour comprendre leur statut. Elle s’intéresse aux questions du célibat et de la maternité pour son travail universitaire et interviewe Gisèle Freund, Annette Messager, Mimi Parent, Meret Oppenheim, Vieira da Silva, Chantal Akerman, Ruth Francken entre autres. Elle en profite pour les photographier en commençant par Anaïs Nin, symbole de la liberté sexuelle et littéraire.

Kalter 2.jpgMais pour Marion Kalter la question du féminisme n’est plus ce qu’elle était trente ans plus tôt. Elle s’intéresse aujourd’hui aux problèmes raciaux, de pauvreté, d’écologie. Il ne s’agit plus d’isoler les femmes dans des critères spécifiques mais de situer l’être humain sur une planète surpeuplée à l’heure des changements technologiques communicationnels. L’œuvre compte, en dehors de ses portraits d’artistes, de très nombreuses photos de représentations de spectacles. Elle se compose aussi des images d'abstraction et de vie quotidienne. A l’inverse d’une Susan Sontag qui estime que « photographier c’est s’approprier l’objet photographié », Marion Kalter communique par son regard l’émotion ou l’idée que cet « objet » incarne.

Kalter 3.jpgMiroir de l’esprit et de l’émotion les photos de l’Autrichienne retiennent les couches géologiques des états d’âme des créateurs entre autres musiciens et chorégraphes. Par la solidité de ses cadrages serrés, l’usage de la couleur les photographies de l’artiste sont dégagées d’un mauvais usage de sa rhétorique lorsqu’elle reste au service ce l’ornemental. Cherchant toujours à tirer quelque chose de ce que la société se dit à elle-même à travers ses représentations de la femme, des artistes comme des simples mortels Marion Kalter repère des effets de récurrence inattendue. Elle ne photographie jamais selon des préceptes "hamiltoniens" et leurs bains de vapeurs. L’être prend une autre densité. Les hantises non seulement de l'artiste mais de la société y apparaissent. Sans cela ses clichés n'auraient qu'une importance anecdotique. Ce qui est loin d’être le cas.

J-Paul Gavard-Perret.

 

 

Marion Kalter, “Hestory”, Fotohof, Salzbourg (Autriche), 5 février - 26 mars 2016.

 

Les commentaires sont fermés.