gruyeresuisse

23/01/2016

Simon Nicaise : pour le plaisir

 

SNicaise.jpgimon Nicaise, « Pourvu qu’elles soient douces », Circuit - Centre d’Art Contemporain, Lausanne, du 30 janvier eu 27 février 2016 .

 

Simon Nicaise à travers ses pièces fait la part belle à la construction, au geste, à l’esprit de système obvié en une suite de jeux qui remettent en question la nature du sens, de langage et de l’image. L’artiste utilise divers matériaux hétéroclites pour enrichir facéties et farces critiques. Nicaise feint la candeur, le coté fleur bleue de la chansonnette pour la transformer en une machinerie qui écrase tout. Usant d’une forme performatrice le résultat est parfois volontairement dérisoire (balayer) parfois démiurgique puisqu’il s’agit de faire saillir l’impensable.

 

Nicaise 2.pngL’artiste conserve la neige au congélateur et le bruit des vagues en paroles gelées. Les objets se joignent en des hymens contre nature, les mots aussi dans un parti-pris poétique où l’image est bien plus que le produit d'une fabrication rhétorique à point venu pour illustrer ce qui a été déjà perçu ou pensé par ailleurs. Elle n’est plus une figure par ressemblance mais une anomalie sémantique loin d’un effet d'analogie, voire de mimésis. Nicaise 3.jpgNi simple reflet des mondes extérieurs, ni seul projet du moi profond du créateur, elle devient la meilleure formulation possible d'une réalité absente. Elle en reste néanmoins inséparable et avec laquelle seulement elle prend sens. Elle devient le lieu l’imaginaire joue à plein.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:37 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.