gruyeresuisse

02/01/2016

Le "clavecin" minimaliste de Max Leiss

Leiss 2.jpgMax Leiss, Kunsthaus Baselland, du 20 Janvier au 6 Mars 2016.

 

Les « pièces » de Max Leiss sont à la fois des sculptures à part entière mais tout autant des installations minimalistes. Elles sont confectionnées à partir du métal du bois, du béton ou de fil de fer. Le spectateur est saisi par des ensembles architecturaux qui répondent à ceux de l’espace où ils sont insérés. Des « constructions » émane un genre particulier d’émotion. Différentes sensations, atmosphères, modes de fonctionnement permettent de porter attention tant sur les œuvres que leur lieu d’installation et la composition de telles confrontations. Cette relation à l’espace passe par le corps du regardeur. Il est traversé par des flux contradictoires d’émotions. La singularité de l’œuvre résonne dans tout l’être.

Leiss.pngL’œuvre échappe aux classements et aux protocoles communs. Il existe de nouvelles « annonciations ». Elles appellent des « incarnations » plus pressenties que données. Max Leiss ramène vers une néo-Renaissance. Le regardeur ne doit pas chercher un mètre-étalon pour l’estimer. Il doit se laisser aller à une démesure par les relations minimalistes que l’artiste propose et peut s’éloigner ou se rapprocher des œuvres pour les envisager de manière globale ou pièce par pièce. La saisie morphologique se réalise par différents mouvements de « prise ». Chaque œuvre reste un territoire d’hypothèses. Des formes inconnues dégagées des conventions et de la trivialité des matières et des situations surgit une abstraction inédite.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:20 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.