gruyeresuisse

21/12/2015

Roberto Greco et le parfum : entretien avec l'artiste


 

 Greco 2.jpg

Maître de la dualité entre l'homme et l'animal, l’artiste parsème ses superbes photographies sidérantes d'humour et de mélancolie au sein de subtiles références picturales. Désormais l’artiste s’oriente vers les fleurs : de la vanité l’œuvre glisse vers le portrait

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? Les discussions que j'entame avec moi-même.

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Toujours d'actualité.

A quoi avez-vous renoncé ? D'espérer être accepté par un groupe dans lequel je ne souhaite pas entrer.

D’où venez-vous ? Des Pouilles, bien que j'ai toujours grandi et habité à Genève. 

Qu'avez-vous reçu en dot ? Son éducation, son passé, son histoire.

Un petit plaisir – quotidien ou non ? Choisir un parfum dans ma collection.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Je ne sais pas.

Quelle est la première image qui vous interpella ? Sûrement un portrait de ma mère.

Et votre première lecture ? Le dos des boîtes de céréales.

Pourquoi votre attirances vers l'animalité ? La discussion avec le silence qui opère inévitablement avec eux.

Greco.jpgQuelles musiques écoutez-vous ? De Marilyn Monroe à Marilyn Manson.

Quel est le livre que vous aimez relire ? "Cosmos" de Michel Onfray et "Ti prendo e ti porto via" de Niccolò Ammaniti.

Quel film vous fait pleurer ? Je ne l'ai pas encore visionné.

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Des yeux auréolés d'une enveloppe relativement poilue

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Aux personnes qui se sentent écrasées par les mots.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Kyoto. La nature semble si vieille que l'on y voyage comme dans des archives.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Je crois qu'ils sont tous morts depuis longtemps, le dernier en date serait Lucian Freud. De vivants, Jan Fabre et Bill Viola.

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Ce qu'il faut d'attention l'espace d'une journée.

Que défendez-vous ? Mes valeurs et le droit de les revendiquer.

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? Que nous donnons uniquement ce que nous souhaitons recevoir.

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Qu'on écoute l'autre uniquement pour pouvoir répondre.

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Pourquoi fais-je de la photo? (je plaisante).

 

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret le 20 décembre 2015.

 

 

Les commentaires sont fermés.