gruyeresuisse

12/12/2015

Les « confusions » amusées d’Andrea Crespo

 

Crespo 2.jpgAndrea Crespo, « Virocrypsis », Swiss Institute, New-York, 18 décembre – 20 décembre 2015.

 

Andrea Crespo joue avec les images, les supports et leurs machineries. Ces dernières font autant l’enjeu que les premières selon une perspective que Godard avait suggéré il y a bien longtemps. Depuis le processus s’est « institutionnalisé » et la créatrice la porte plus loin dans tout un montage/montrage afin de prouver qu’il n’existe pas d'autres passages en l’art. L’image se voit en eux et eux-mêmes deviennent « images ».

Crespo.jpgExploratrice de landes ignorées dans un territoire pourtant connotée Andrea Crespo crée des hymnes à la lumière jusqu’au cœur du noir. Elle reste l’équilibriste sur un fil invisible entre l’image et sa fabrication, il y a là « l’offre » et ce qui la génère. Ce face à face permet de sortir des lieux communs dans un parcours pluriel. L’artiste dégage l’art de la nuit de songes pour que le corps se baigne dans d’autres lumières que celle des symboles. Beau programme.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:26 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.