gruyeresuisse

08/12/2015

Du bal des vaniteux à celui des déclassés : Marie Ellen Mark

 

 

mark 2.jpgProche des fugueurs, prostituées, sans-abris, malades mentaux, paumés, gens du cirque, gitans, mères adolescentes Marie Ellen Mark (décédée cette année) les a suivit pour Life et diverses revues américaine en arpentant des motels perdus du côté de Seattle ou des ranchs abandonnés dans le désert près de Los Angeles. Chaque fois il s’agit de capter le réel sans condescendance et dans le but de faire toucher par la photographie une profondeur de vie - ce qui n’alla pas sans critiques de la part de ses détracteurs. Certains ne virent par exemple dans sa série sur les prostituées de Bombay qu’une forme d’apitoiement « coloré » ( !), complaisant et un filon rentable sur le dos de la misère.

Mark.jpgMarie Ellen Mark a travaillé aussi sur les plateaux de cinéma (tournage d’Apocalypse Now et de plusieurs films de Baz Lhurmann. Elle est l’auteure de la célèbre photo de Fellini et de son porte-voix sur le tournage du Satyricon. Au fil des ans elle a fait de nombreux portraits d’acteurs pour Rolling Stone ou le New York Times Magazine. Mais son travail laissera l’empreinte d’une galerie de portraits des laissés pour compte en perte d’équilibre et en dérive. Aux cycles des vaniteux elle a préféré celui des abandonnés, égarés dans la boue du noir et blanc ou des couleurs de ses œuvres. Ce qui pourrait sembler grotesque devient sublime de jour comme de nuit. Par son art la photographe découvrit sa seule raison de vibrer à l’unisson d’un monde caressé de manière incisive afin qu’il ne demeure plus caché.

Jean-Paul Gavard-Perret

.

14:30 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.