gruyeresuisse

07/12/2015

Gerhard Richter : les portraits "contrariés"

 

 

Richter.jpgLes photos peintures de Gehrard Richter ne cessent d’augmenter la capacité du portrait. Pour autant celui-ci ne se laisse pas facilement saisir. Au contraire l’artiste en augmente l’intrigue, le mystère. Les possibilités techniques des deux médiums se conjuguent pour créer une profondeur de vue. S’y soulèvent principalement des questions sur le rôle, l’identité et la représentation de la femme dans la société comme dans l’art. En noir et blanc ou en couleurs ces peintures cultivent l’énigme.

 

Richter 2.jpgL’artiste germanique frôle parfois les « sex-pictures » d’une Nan Goldin mais pour les pousser vers une forme d’abstraction par effet de brouillages. Les œuvres plus colorées et nettes ne sont pas pour autant plus évidentes : elles obligent à interroger sur notre façon de « dévisager » les images. Le corps de la femme émerge - non sans ironie - loin de son statut de machine à fabriquer du fantasme ou d’écrin à hantises. Richter 3.jpgLe portrait devient une enveloppe où se cachent d’autres secrets que ceux qu’imaginent les extases masculines. Elles sont remplacées par des extases « négatives » plus sidérantes encore que les premières. Preuve que Richter mobilise le corps féminin en tant que contre feu face à l’imaginaire machiste.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

10:42 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bien rare de voir un pare-feu féminin aussi réussi que celui de Gerhard et un critique aussi averti que JPGP pour le discerner !

Écrit par : Villeneuve | 07/12/2015

trop gentil.

Écrit par : gavard-perret | 07/12/2015

Les commentaires sont fermés.