gruyeresuisse

05/11/2015

Philippe Ramette : l’attraction immobile

 

Ramette 3.jpgPhilippe Ramette, Xippas, Genève, 7 novembre - 23 décembre 2015.

 

Sur ses photographies Philippe Ramette se scénarise au sein de situations autant absurdes qu’improbables afin de renverser nos assises. La réalité devient des reconstructions mentales plus que des vues de l’esprit. Le dessin y est l’ébauche des autres médiums que l’artiste utilise. Tous créent une mise en abîme de la représentation en spéculant sur ses failles selon divers associations surréalisantes.

Ramette 2.pngFidèle à une  génération nonsensique aussi bien européenne qu’américaine, Ramette est l’exemple même de l’artiste libéré du « grand style ». Il croise diverses thématiques dans lesquels l’humain demeure central. Ses œuvres portent les marques d’amours, de  blessures et de joies. Le tout avec l’humour qui fait de manière naturelle abattre les cartes de ceux qui croient être les maîtres du jeu. Ramette.pngLe caractère primesautier du travail n'est qu'une impression de surface. Même si Ramette semble réduire ses œuvres à de petits traités d’archéologie du fugace elles prouvent qu’il ne faut jamais rechercher le prétendu marbre de l’identité supposée mais sa terre friable : celle qui creuse le réel et l’illusoire au sein de jeux de pistes dérivantes.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.