gruyeresuisse

29/10/2015

L’incompossible - Catherine Rebois

 

 

Rebois 2.jpgCatherine Rebois, « Elles » (exposition collective), Espace L, Genève, à partir du 8 novembre 2015.

Catherine Rebois, Desmesures, texte de Michèle Auer,Chez Higgins, Montreuil.

 

 

Avec Catherine Rebois  le corps n’est plus un objet mais une modalité déstructurée et recomposée. Les jeux sont repris et non faits. Le corps sort de la domestication pour la seule consommation du voyeur. Celui-ci semble en perdition. L’artiste joue avec lui, en jouit à sa main. L’artiste en dispose pour le réactiver, le mettre en question selon un jeu de rapprochement et d’éloignement. Le corps - représenté nu, a-socialisé,  sur fond  sombre,  en  noir  et  blanc - est « habillé » de contrastes puissants qui traduisent sa  vulnérabilité  absolue. Il devient le lieu non de la visibilité parfaite mais du questionnement. 

 

Rebois.jpgQu’ils soient d’hommes ou de femmes, jeunes ou  vieux, du fœtus à la mort,  les corps se cherchent avant de devenir immuables gisants. Ils existent entre mesures (stricto sensu - l’objet d’évaluation est parfois présent) et démesures en divers polyptiques. Ils rappellent ceux de John  Coplans où les corps coupés ne peuvent plus se rassembler. Mais existe chez Catherine Rebois une histoire de manque programmé, scénarisé. Le corps est montré dans son « incompossible » vivant : celui où ne peut se rassembler ce que l’on rêve et ce que l’on vit. La corporéité demeure « irreprésentable ». Ses fragments font le jeu de l’éclatement d’une communauté impossible avec lui-même. L’artiste la casse non dans un mouvement de panique insurmontable mais parce qu’il s’agit du seul « cadre » possible à son énigme.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.