gruyeresuisse

14/10/2015

Laure Gonthier et les territoires de l’autre

 

 

Laure Gonthier 2.jpgLaure Gonthier continue de vider l’image comme de la remplir selon divers processus - du film à l’objet en céramique. Dans tous les cas il s’agit de découpe ou de découpage, de jeux de pénétrations mais aussi de démembrement. De manière subtile la vaudoise précise par ses projets que la nuit est dans le jour, que le jour est dans la nuit - sans les biffer mais pour en approfondir les contours là où la métaphore fait mouche.

 

Laure Gonthier.pngUne telle recherche devient une brèche qui ouvre le monde par approfondissement de ses pans soudain écartés. Dans un élément compact et opaque se découvrent peu à peu des éléments par dépliage ou enfoncement. Au milieu de falaises d’une « pelure »   ou d’un tunnel se saisit la présence de l'être par effet d’aporie, de litote. L’oeuvre souligne la consistance et l’inconsistance, le fugace et le perpétuel, l’instantané et l’intangible.  Formes et surfaces créent  une énigme. Celle-ci appelle moins  la fascination de l’imaginaire que celle d’une nudité du visible. Etirant ou concentrant le temps et les formes Laure Gonthier donne le sentiment d’être au monde autrement qu’en état de simple lucidité comme de la pure rêverie évanescente. C'est sans doute pourquoi, soudain, une vérité nue nous fait face : elle est construite selon des images apparemment les plus simples mais qui, Didi-Huberman l’a souligné, ne sont jamais de simples images.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

« Silent Movies », 17-18 octobre 2015,Q-Park Level -3, Cavendish square à Londres. Et toujours : « Luxe calme & volupté » jusqu'au 1er novembre 2015, Musée Ariana, Genève.


Les commentaires sont fermés.