gruyeresuisse

07/10/2015

Paradoxes de la lumière et de l’ombre : Gérard Lüthi

 

Luthi.jpgGérard Lüthi , « Le crépuscule de l’aube », Musée Jurassien des Arts, Moutier, du 25 octobre 2015 au 31 janvier 2016.

 

A Moutier où il est né et vit, Gérard Lüthi proposent des vues de Fribourg, Lausanne, Berne, Edimbourg et Saint-Pétersbourg entre chien et loup. Néanmoins cette transition indicible n’est pas forcément le temps du passage entre le jour et la nuit. L’artiste brouille les cartes au sein de fragments de réalités dont l’émulsion semble instantanée mais qui est reconstruite, sélectionnée et  mise en scène. Les surfaces de pierre ou de verre des édifices et monuments sont saisies entre ombres et  lumières. Les silhouettes entr'aperçues semblent autant des matériaux que des personnages. Ils suggèrent une mise en relation entre le portrait et le paysage. Et si la réalité semble quotidienne les images ne le sont plus : elles interrogent le regard et son aperception de la ville et de ses reflets..

Luthi 2.jpgLes corps installés dans le décor font que l’univers de tous les jours devient un espace symbolique. Gérard Lüthi crée un vertige puisque l’être est confronté à ce qui ne cesse de le fasciner. Mais de manière concomitante la  vacuité saute aux yeux et la solitude grandit dans ce qui instruit une poésie visuelle du temps et des lieux.  Chaque photographie crée une fissure dans le présent mais aussi un lien avec lui. Le vide auquel elle donne sens favorise le dialogue et l’écoute d’un vécu qui n’est pas rapporté sous le registre d’une banale autofiction. Le quotidien est soumis à des lignes de force sous-jacentes. Gérard Lüthi reste au cœur du réel mais il en éloigne toute idée de Paradis. Ses personnages vont d’erreur en erreur, au plus fort de l’exil intérieur dans ces narrations abyssales à la lumière paradoxale.

Jean-Paul Gavard-Perret

13:58 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.