gruyeresuisse

18/09/2015

Florian Sommet : sophisticated Ladies

 

 

Sommet.jpgSommet 2.jpgFlorian Sommet n’aime pas les femmes sans tête.  Il la caresse par ses prises et la contorsionne parfois pour qu’elle échappe ou s’échappe. Il la dissimule en partie car il lui importe de ne pas révéler la totalité de son entité. Par cette acrobatie, le photographe d’origine allemande suggère une part de disparition, une part de manque. Dans son travail, il ne représente que rarement le corps dans sa globalité. Il préfère (pour ses travaux de commande - Vogue, Dior, Chanel, etc. - comme pour ses œuvres personnelles) faire des mises au point uniquement sur la zone souhaitée dans le visage afin de mettre en valeur ce qui s’y passe. Mais se révèle en cetespace donné ce que la totalité du corps raconte.

Sommet 3.jpgL’artiste rassemble ainsi diverses sensations et ressentis. Le corps même « manufacturé » pour la publicité semble l’épreuve d’une expérience doucereusement érotique vécue. Cela permet d’évoquer une temporalité d’éther à travers chevelures, yeux, peaux, étrangetés, réactions et aussi émotions demandées aux modèles. Pour cela le photographe laisse parfois une part à l’anomalie programmée, à la fragilité et à la maladresse feinte. Le visage devient une surface foisonnante et empirique.  La finitude de la  chair est écartée. Exit le spleen, welcome l’idéal. Et si chaque jour l’organisme vieillit avec Sommet il reste intact et troublant.

Jean-Paul Gavard-Perret

17:02 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.