gruyeresuisse

13/09/2015

A corps perdus ou presque : Michael J. Berkowitz

 

 

 

 

 

Berkowitz 2.pngPar ses photographies Michael J. Berkowitz crée des connexions physiques avec le passé. Plus particulièrement avec des photographies « légères »  françaises de la fin du XIXème siècle. L’Américain les réinterprète selon des séries évolutives et changeantes au gré du dévoilement mais où le nu garde une certaine délicatesse même lorsque le mannequin n’a rien des parangons de la mode. La femme ne répond pas forcément aux « canons »  mis en exergue habituellement. Il existe donc une conversion du genre et de ses standards.

 

 

 

Berkowitz.pngLes modèles sortent du labyrinthe dans lequel les Icare de la photographie les enferment. Isolée chaque femme feint d’exprimer une certaine tempérance. Mais l’apparente sagesse se consomme avec modération. Nul stoïcisme ou résignation chez ces égéries. Le désir s’insère dans chaque photographie et son impeccable « désordre ». Il n’est donc pas domestiqué mais tenu plus ou moins (plutôt moins que plus) hors de portée. L’histoire de la photographie se reconstruit et se déconstruit à chaque fois. Le textile est là  pour associer le tissu à la féminité. Le désir reste présent, il demeure la nostalgie de l’étoile (à la racine latine du mot de désir). Elle reste ici envisageable et dévisageable (en aporie, en partie ou en totalité) et  s’amuse de son voyeur en diverses déclinaisons.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

15:15 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.