gruyeresuisse

12/09/2015

Christine Crozat : jeux de bandes

 

 

Crozat.jpgLa pensée court, cherche un sens dans les intentions du défi plastique de Christine Crozat. Avec elle n’existent plus d’un côté les choses  et de l’autre les êtres, ni d’un côté les rouages des signes et de l’autre celui des mots. Face à l’ascèse et au portage l’artiste propose la souplesse. Une danse visuelle remplace la parure des mentalisations. Tout ce qui devient langage visuel  change de registre et quasiment de statut. La vue se dénude. L’image est porteuse de significations neuves par glissement de rôles et diverses bifurcations. Angoisse et joie, peur et plaisir se mêlent dans un festival de vignettes où le corps lui-même est mis en morceau.

 

Crozat 2.jpgLa sensualité parfois glacée remplace tout propos discursif en divers types de mises en abyme et de trompes l’œil non sans rigueur pleins de faconde et d’astuce.  Chaque œuvre est fascinante par sa perte d’attraction terrestre et d’orientation rationnelle. Plutôt que de « tomber » les formes s’envolent vers un univers dont les hypothèses sont floues. Dans le flottement dégagé de toute polarisation la poésie des formes saisit le regard. Christine Crozat perce bien des remparts pour faire jaillir des images nues. Elles creusent le regard comme la fumée les poumons. S’y respire un lointain proche pourtant. Le geste de la création permet d’investir l’espace sans l’occuper totalement. Tout se joue dans le champ de l’ambivalence. L’espace est poétique en son  déroulement comme dans ses bandes.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Première exposition personnelle de l'artiste dans le parcours résonance de la biennale d'art contemporain de Lyon à la galerie Françoise Besson.  Les dessins choisis étaient présentés à Art-Paris au Grand-Palais en mars passé avec cette même galerie.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.