gruyeresuisse

09/09/2015

Elfie Semotan vers un autre théâtre du monde

 

 

elfie.jpg

Quoique sexagénaire, Elfie Semotan reste parmi l'avant-garde autrichienne. Epouse de Kurt Kocherscheidt puis de Martin Kippenberger, fashionnista à sa manière pour chacune de ses photos elle se demande : Qu'est-ce qui naît désormais ? Qu'est-ce qui devient ? Au cœur du travail de l'artiste trônent des portraits d'êtres et de lieux. S'y mêlent réalité, fiction et autobiographie. Chaque photographie confronte le spectateur à des sujets intimes et qui révèlent une sensibilité et une lucidité peu ordinaires. La photographe s'interroge sur les apparitions et les disparitions que produisent ses prises. Il s'agit non seulement d'apprivoiser un "sujet" mais l'image elle-même afin d’ouvrir des portes de faire tomber tabou ou interdit sans la moindre facilité provocatrice. La transgression est d'un autre ordre. L’objectif est d’atteindre une vérité du "sujet humain" et de savoir au sein même de la construction d'une photo ce que devient le regard.

 

 

 

Semontan 2.jpg

Elfie Semotan travaille afin que l’art réponde toujours à la phrase de Walter Benjamin "une image est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant, en une fulguration, pour former une constellation neuve". Pour chaque nouvelle série elle tente d'éliminer des "restes", des flocons d'absence en réglant une certaine lumière afin de toucher un rythme. Le tout entre exils et déplacements. Ils ne cessent de motiver la pensée d'une artiste pour laquelle le "témoignage" de quelque chose du réel glisse pour le transformer en quelque chose de désirable.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Elfie Semotan, galerie Mezzanin.

 

 

Les commentaires sont fermés.