gruyeresuisse

29/08/2015

Blaise Cendrars : génériques

 

 

 

 Cendrars.jpg

 

A qui veut comprendre d’où vient l’œuvre de Blaise Cendrars il est recommandé - plus que de lire les deux tomes des  "Œuvres autobiographiques complètes"  (Bibliothèque de la Pléiade) - de relire les deux textes fondateurs republiés aujourd'hui par Fata Morgana. « Le Panama ou les aventures de mes sept oncles » est dédicacé de la manière suivante : “A Raymone, ce poème que l’on croit être le dernier en son genre et qui est le premier d’un art nouveau”. Cendrars s’y fait quasi futuriste. Touché par la catastrophe boursière liée au scandale du Panama son livre devient un conte où le poète s’invente un lignage prestigieux. Mais - et surtout – le texte lie la naissance de la poésie à des impératifs économiques. Ce qui a l’époque n’était pas courant (et reste encore aujourd’hui caché). Les « infrastructures » (pour parler marxiste) deviennent donc le terreau où l’écriture de Cendrars vient casser les vieilleries poétiques et leur vaisselles et va faire du poète un voyageur au long cours.

Cendrars 2.jpgMais « Les armoires chinoises » - texte longtemps resté secret – va plus loin. Il est capital pour comprendre l’œuvre du poète suisse. Amputé en 1917 Cendrars  il doit changer -de main afin d’écrire. L’auteur évoque ici ce que les prétendus généticiens de la littérature oublient : l’écriture est affaire de « mécanique » avant d’affect. L’écriture se crée en avançant et la manière dont elle se calligraphie est essentielle. Cette manière de « prendre » le texte à sa base la plus primaire (au sein d’un conte écrit à cet effet) donne la clé d’une œuvre majeure du XXème siècle et ouvre une vision plus générale de la "chose" littéraire largement occultée.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

Blaise Cendrars, "Le Panama ou les aventures de mes sept oncles", fac-simile avec couverture de Raoul Dufy, 40 p., "Les armoires chinoises" (nouvelle édition), dessin de Jean-Gilles Badaire, 72 p., 13 E. Editions Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 2015

 

 

 

 

 

13:06 Publié dans Lettres, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.