gruyeresuisse

11/07/2015

Thomas Schunke le coucou : du bon usage du Selfie

 

  

Schuncke.jpgThomas Schunke, « Me, my Selfies and I », Editions art&fiction, Lausanne, 32 pages,  CHF 20 / € 13.50.

 

 

 

 

 

Dans une période où le « moi » est en rien haïssable et s’élève en batterie   Thomas Schunke propose une digression à la pratique des réseaux sociaux : Face-book, Instagram et la maladie du selfie. A longueur de bras cette nouvelle mode ou méthode peut parfois être autre chose qu’un allongement de l’égo. Schunke en profite pour questionner l'autoportrait. Son texte qui accompagne ses prises permet d’affiner leurs propositions en transmettant des expériences vécues sur le web avec ceux qu’on nomme « amis » et qu’on ne connaît même pas.

 

 

 

Schuncke 2.jpgPlutôt que caresser son « moi »  l’artiste suisse multiplie les faces du « je » tout en le cachant derrière divers éléments : fourmi, singe, carpaccio de betteraves, du pissenlit, etc. Le selfie devient  une continuité du cabinet de curiosités. Il permet d’explorer et de comprendre le monde en partant d’une « prise » simple mais qui peut être utilisée à des fins métaphoriques. C’est comme si l’artiste cherchait à faire émerger des complicités entre lui et des choses qui deviennent des « calques » du je proposé au jeu de l’imaginaire propre à chacun

 

 

 

Car la notion de réseau est important. L’artiste met bien sûr du personnel dans ses selfies  mais ils sont assez ouverts pour que les autres puissent y voir autre chose que l’artiste lui-même. Schunke implicitement semble ne pouvoir dire  si ce sont ces fameux « amis » qui viennent à lui ou  lui qui vient à eux. Le but est même de parasiter son propre portrait par des contextes qui deviennent  des sortes de nids de coucou. Souvent c’est un objet qui déclenche une envie  mais ensuite  il s’agit d’en faire un casting pour que le coucou soit bien et trouve un moyen de montrer ce qui le touche.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

18:21 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.