gruyeresuisse

10/07/2015

Qu’en termes étranges ces « choses »-là sont montrées : Roger Weiss

 

 

Weiss.jpgRoger Weiss avec sa série « Human Dilatation » ne  cherche pas à exorbiter le corps par effet déformant pour faire jaillir « du » monstre. Il n’insiste pas non plus sur la prétendue  fragilité ou les éventuelles imperfections de ses modèles féminins. Les angles de distorsion permettent de casser les stéréotypes hypocrites que l’idéologie imageante mondialisante fait porter au féminin. La notion de beauté en est donc modifiée.

 

Weiss 2.jpgLe déséquilibre entre les parties du corps retranche les idées reçues, rompt le ceintrage admis. Le physique féminin apparaît en termes étrangers, il se détache des lignes « haricots verts » pour montrer le vide des illusions optiques que nous caressons. Insolent le photographe suisse donne au corps une insolvabilité. Elle permet de nous dénouer de nos percepts.  Chaque photographie devient une insurgée. Sans assise ou déboîté le corps à la fois rentre en lui et en sort de manière intempestive. Il est l’indice agaçant créateur d’ouverture par l’audace du photographe. L’image de la femme, de simple « support » confortable, devient un manifeste dadaïste de déconditionnement du conformisme.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Roger Weiss, « Human dilatation »

11:06 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Qu'en termes exacts ces choses-là sont dites !
La subtile analyse de JPGP est compensatoire du talent sibyllin de Roger Weiss .

Écrit par : Villeneuve | 10/07/2015

Les commentaires sont fermés.