gruyeresuisse

02/07/2015

Le lyrisme de Katharina Grosse

 

 

Grosse.jpgKatharina Grosse «Sieben Stunden, Acht Stimmen, Drei Bäume», Museum Wiesbaden, Galerie Mark Muller, Zurich

 

 

Frontières, limites extrêmes, seuils mais aussi cœurs ouverts deviennent pour Katharina Grosse une manière d’explorer ce qui tient à l’incessant devenir de son « moi » et du monde. Trop d’artistes les confondent avec le néant et les  maintiennent à distance.  Katharina Grosse s’y refuse. Elle transforme la peinture en cérémoniel coloré et lyrique. Elle divague parmi des ruines,  se retire ou se perd auprès des vagues. En surgit par effet onirique une mystique sensuelle qui transmute causes et effets.

 

Grosse 2.pngL’œuvre échappe au morcellement sinistre et à la mollesse des temps. Elle crée un univers où  la peinture devient la présence  miraculeuse entre le poids d’un passé nécrosé et la vanité d’un avenir douteux. Ce présent poétique est la reprise des images écoulés et connues par une présence qui leur porte secours et en répond quel que soit leur poids de douleur et de joie, de solitude ou de partage. Katharina Grosse transforme la vision en destin. S’y traverse des frontières. Le cœur palpite sur la musique du vent en une danse de vie plus que de mort. Il s’agit de vivre d’air et de lumière. Entre le dehors et le dedans.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.