gruyeresuisse

20/06/2015

SwingSwiss Sixties : Jean-Pierre Maurer & Robert Müller

 

Maurer.jpgJean-Pierre Maurer & Robert Müller, « Morgan is sad today » , Edition Patrick Frey, Zurich

 

 

 

La série de photographies de Jean-Pierre Maurer et Robert Müller publiée dans « Morgan is sad to day » n’a à ce jour été exposée qu’une seule fois au Kunstgewerbemuseum de Zürich en 1978 avec un texte d'Ettore Sottsass. Les deux artistes y saisissaient l’esprit Beat-Generation qui animait la Suisse dans les années 60. Le livre tire son titre d’une chanson présente dans le premier film du Free Cinema :  A Suitable Case for Treatment  de Karel Reisz (1966). Fidèle à cette nouvelle « esthétique » les photographes ne cherchaient en rien la perfection des prises et développaient les saisies les plus impressionnistes. 

 

Maurer 2.jpgLa documentation qui accompagne les photos les inscrit dans des concepts développés en Suisse grâce à Urs Lüthi par exemple. Les photographies rappelleront aux plus anciens parmi nous le charme du swinging London et sa Carnaby Street, la jeunesse zurichoise de l’époque,  l’apparition en poster grand format d’Einstein langue tiré ou  Keaton en chasse-buffle vivant d’une locomotive. S’y découvre une Suisse bien moins compassée que les étrangers se plaisent à la décrire. Le livre rappelle l’ouverture du pays soumis à un essor économique qui attira les créateurs étrangers et retint enfin les artistes suisses dans leur pays d’origine. Surgissent aussi des graffitis qui ne portaient pas encore ce nom et dont les peintres en bâtiment  étouffaient les cloques.  Loin du bancal, du caduque, du rococo demeure ici une vision moins vieille que cela pourrait être attendu. Bien des artistes y trouvèrent leur voie : Ben entre autres. Mais ce n’est qu’un exemple.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.