gruyeresuisse

28/05/2015

Ren Hang : ironisation de la nudité

 

 

 

 

Ren Hang.jpgFantôme ou réalité ? Avec le photographe chinois Ren Hang (présent  plusieurs fois en Suisse dans des expositions collectives) nul ne sait dans quel monde nous sommes exactement plongés. A l’aide de simples indices - qui prennent soudain une valeur générale -  l'artiste  reconstruit fantasmatiquement un monde de reconquête dans lequel il aborde les problèmes de la perception visuelle et la découverte de la nudité. Armé d’un Minolta argentique, le photographe met en scène les corps nus de ses amis pour prouver que l’érotisme existe en Chine  tout autant qu’au Japon. Inspiré sans doute par les maîtres du genre au pays du soleil levant  (Takato Yamamoto, Nobuyoshi Araki)  Ren Hang crée un univers décalé et malicieux propre à détourner les interdits.

 

ren hang 3.jpgFaisant sienne la phrase de D.H. Lauwrence dans « L’amant de Lady Chatterley  « L’obscénité n’apparaît que si l’esprit méprise et craint le corps, si le corps hait l’esprit et lui résiste. » le photographe joue de divers accords et désaccords entre la réalité et le rêve, l’image et ses effets non synchrones, dans un pays où les tabous sont encore enracinés. Mais si l’érotisme n’a pas vraiment sa place  dans celui-ci le photographe prouve le contraire. Chez lui toutefois le recours à la nudité n'est pas fait pour offrir une version post-pop du fétichisme du corps. Ce que l'artiste recherche est avant tout une économie symbolique et ironique venant casser les contingences morales de son pays dans un constructivisme figural des plus astucieux parfois drôle et violent mais souvent poétique avec un goût de la finesse allusive.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

11:57 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.