gruyeresuisse

19/05/2015

Serafin Brandberger : oh, la vache !

 

 

brandberger 2.jpgSerafin Brandberger Milk Shake Agency, 20 mai - 18 aout 2015

 

 

 

brandberger 3.jpgIl y a dans la peinture de Serafin Brandberger ce que les mots ne font pas. Il y a bien sûr aussi ce que la peinture et la photographie n'atteignent que rarement : le juste retour des choses. Pourtant les uns comme les autres tentent de venir à bout du rêve selon un réalisme campagnard très particulier. Il ne s'agit pas pour autant de s'en protéger mais de se projeter dedans. Chaque œuvre  devient un étrange espace choréique. Rien de ce qui est habituellement "exploitable" en tant qu'image est utilisé. Le vêlage devient - par exemple - une figure d'évidence quoique intempestive dans l'art, d'autant qu'elle est offerte avec simplicité loin de tout conceptualisme ou d'ornementation.

 

 

 

Brandberger 4.jpgD'où ce jeu permanent : la peinture recouvre pour dévoiler, la photographie dévoile sans pudeur. Mais pour autant sans provocation. Au spectateur alors de prendre à son tour un risque et d'oser affronter le perpétuel mouvement de pénétration et d'exclusion. Bref d'interrogation. Savoir ainsi ce qui se passe et qui ne passe plus : nous sommes ainsi fixés à l'œuvre de Sarafin Grandberger. Nous sommes confrontés à une succession de passages, de sas, de portes, de seuils, de frontières, de limites, de praticables. Mais sans savoir si cela s'ouvre - ou pas.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.