gruyeresuisse

08/05/2015

Lillith ROZE

 

Lili Rose 2.jpg

 

 

 

 Les photographies de LiliROZE sont les infantes inconnues du mystère. Chaque « icône » devient une reine. Elle pénètre en profondeur les vibrations nocturnes de l’inconscient. Dans leur splendide isolement de telles éva-nescences refleurissent des cendres des restes de leurs amants. On peut les prendre autant pour des dévoreuses. Mais tout autant pour des nuages en dessous chics plutôt que des femmes charnelles. Mais l’énigme règne.

 

 

 

Lili Rose 3.jpgDrapées dans les ténèbres elles peuvent être le souffle dont tout est issu. En leurs photographies le temps ne se fixe pas, il s’abstrait. L’ombre creuse à peine la lumière naissante. Celle-là s'étire pour déployer des formes faussement pudiques et hésitantes mais indubitablement orphiques. S’anime imperceptiblement parmi les ombres appesanties toute une grâce fragile.

Lili Rose.jpgL'invisible devient visible. Imperceptiblement la femme se métamorphose la conquérante, riche des rêves infinis du cosmos, vivier du possible, de l'amour (peut-être) et de la folie. L'imaginaire galope au cœur de leur sève comme dans celle de leur créatrice, maîtresse indomptable d’un magnétisme particulier : l'ordre féminin s'organise dans des alcôves où les Lilith-ronces portent des  pétales pourpres.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

LiliRoze, Galerie Carole Décombe

 

 

 

Les commentaires sont fermés.