gruyeresuisse

28/04/2015

Henri Michaux à la fondation Jan Michalski

 

 

Michaux.jpg« Henri Michaux  |  Figures · Ecritures », Fondation Jan Michalski,  Montricher, du 21 février au 14 juin 2015.

 

 

 

Pour rentrer dans l’humain il faut toujours revenir à Michaux, ses encres et ses vagues.  Leurs tourbillons laissent toujours en état second. Dans ses jardins abstraits ses arbres (ou ce qui en tient lieu)  surgissent parfois de chats gris de la nuit qui ressemblent à des plongeurs des Nouvelles-Zébrides.  Lorsqu’il les créait Michaux marchait, s’agitait. Parfois il s’endormait (façon d’éveillé, façon d’endormi). Des cauchemars lui lançaient leur boule de neige en plaine figure. Typhon d’images, oscillations, sauts grenus. Ce sont plus des drôleries que des énigmes. L’inverse est vrai aussi.

 

 

 

Michaux 2.jpgIl faut suivre ses taches ou plutôt ses êtres de petite taille. S’attacher aux hommes microbes de la mescaline. Souvent incomplets, bancals. Il leur manque par exemple la moitié du bras. Mais par ailleurs ils restent en excellent état. Michaux en ses versions minimalistes créa  autant de trouvailles « sournoises que traîtres » disait-il. Mais il ne faut pas le croire. Adepte des « Misérables miracles », ni fier ni honteux,  le peintre aimait les consistance gênantes, les sillons, les fractures, l’écorce des êtres comme celle des marronniers. Il feignit d’aimer le lisse. Mais beaucoup d’accidents surgissaient. Pullulation après l’éclipse. Sur un bras délicat il mit, par  exemple, une excroissance désinvolte ou il le plissa comme un genou. Sans pour autant déclencher le rire. On regarde l’inattendu, le rarement visible. On rentre dans l’humain : il commence toujours de façon surprenante.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Commentaires

Oui pour rentrer dans l'humain il faut toujours revenir à Michaux et pour pénétrer la nature il faut suivre l'artiste géologue Marcel Miracle dans ses miniatures écritures .JPGP reste passeur de toutes les clés du Monde .

Écrit par : Villeneuve | 28/04/2015

Les commentaires sont fermés.